Mercato / Barça : Vidal pense être le dindon de la farce

Arturo Vidal se pose des questions à propos de son transfert au FC Barcelone acté durant le mercato estival.

Rappelons que les Blaugrana avaient déboursé 18 millions d’euros pour déloger le milieu de terrain qui s’exprimait alors au Bayern Munich. A l’époque, le footballeur chilien âgé de 31 ans n’était pas peu fier de pouvoir endosser le maillot prestigieux du Barça à ce stade de sa carrière. Selon le site du quotidien sportif espagnol Sport, Vidal avait reçu des garanties sportives à propos de son rôle au Camp Nou. L’entraîneur Ernesto Valverde semblait être prêt à l’inclure dans son onze titulaire régulièrement au poste de sentinelle.

Mais jusqu’à présent, Arturo Vidal a dû se contenter de faire 9 apparitions toutes compétitions confondues (1 passe décisive). Récemment, le footballeur sud-américain a dû se contenter d’entrer à la 87e minute de jeu du match entre Tottenham et le FC Barcelone (succès 4-2 des Blaugrana, 2e journée de la phase de poules de la Ligue des champions). Dimanche dernier, Vidal n’est pas entré en cours de jeu contre Valence (1-1, 8e journée de Liga). Toujours d’après le média ibérique Sport, l’ancien Bavarois n’est pas content de sa situation au Barça.

Vidal va-t-il semer la pagaille ?

Si cette dernière n’évoluait pas dans le bon sens d’ici janvier, Arturo Vidal pourrait réclamer un bon de sortie dans le cadre du marché des transferts hivernal (janvier 2019). Cas échéant, son passage au sein de l’écurie catalane s’apparenterait clairement à un fiasco retentissant. Les rencontres importantes à venir contre le FC Séville, l’Inter Milan puis le Real Madrid (sacré programme !) permettront de savoir si oui, ou non, Vidal peut jouer un rôle décisif au Barça cette saison.

 

 

Vous en avez marre des méthodes, techniques et autres astuces BIDONS sur les paris sportifs ? Vous souhaitez gagner plus en perdant moins avec un VRAI guide où on ne vous vend pas du rêve ? Alors découvrez la formation "Paris sportifs : la grande arnaque..." en cliquant ci-dessous.

 

Réagir à cet article :