Mercato / PSG : les dernières news sur le dossier Filipe Luis

La question de l’avenir du latéral gauche de l’Atletico Madrid Filipe Luis, courtisé par le PSG, devrait connaître une avancée significative dès demain.

Filipe Luis au Paris Saint-Germain, on ne l’avait pas vu venir et en 48 heures, c’est devenu l’un des dossiers les plus brûlants en France. Soucieux de se doter d’un nouveau latéral gauche, le club de la capitale serait intéressé par le Brésilien de 33 ans qui ne possède plus qu’un an de contrat à l’Atletico Madrid, ce qui rend son départ tout à fait crédible. Néanmoins, les champions de France possèdent d’autres alternatives, comme Wendell (Leverkusen), Juan Bernat (Bayern Munich), Raphaël Guerreiro (Dortmund) ou encore Philipp Max (Augsburg).

L’Atletico tente de retenir Filipe Luis

Alors viendra ou pas ? Les prochaines 24 heures pourraient être déterminantes. En effet un rendez-vous serait pris entre l’agent du joueur et la direction madrilène pour faire un point sur la situation de Filipe Luis, lequel refuse pour le moment de prolonger son bail. L’entraîneur Diego Simeone aimerait le convaincre de rester, ce qui ne sera pas forcément simple sachant que le nouveau champion du monde français Lucas Hernandez a pris du galon ces derniers mois.

Alors que la Cadena Ser évoquait ce lundi matin une somme de 12 à 15 millions d’euros susceptible de suffire pour s’offrir l’international auriverde (le PSG ne souhaiterait toutefois pas débourser plus de 5 millions d’euros, un montant qui paraît dérisoire voire ridicule pour un tel joueur malgré son âge avancé), AS apporte un autre son de cloche en affirmant qu’en réalité, les Rojiblancos demanderaient 30 millions d’euros. Un tarif prohibitif sensé faire fuir les Parisiens ? Probablement.

 

Vous en avez marre des méthodes, techniques et autres astuces BIDONS sur les paris sportifs ? Vous souhaitez gagner plus en perdant moins avec un VRAI guide où on ne vous vend pas du rêve ? Alors découvrez la formation "Paris sportifs : la grande arnaque..." en cliquant ci-dessous.

 

Réagir à cet article :