Mercato / Nice : Vieira répond à Lyon et évoque une autre piste

Annoncé dans le viseur de Lyon pour succéder à Bruno Genesio, l’entraîneur de Nice, Patrick Vieira a répondu à la rumeur.

Depuis l’annonce officielle du départ de Bruno Genesio à la fin de la saison, Laurent Blanc et Patrick Vieira ont été donnés comme les deux grands favoris de Jean-Michel Aulas pour prendre les rênes de l’équipe de Lyon cet été. Selon la presse en tout cas, car visiblement les intéressés ne sont pas au courant. Après l’ancien entraîneur du PSG qui a nié être en contact avec le président de l’OL, au tour du coach niçois de démentir.

Zéro chance d’aller à Lyon à ce jour

« Il n’y a rien de concret. Je n’ai pas eu d’appel. Je suis à l’OGC Nice et sincèrement j’y suis très bien. Au jour d’aujourd’hui, oui, il y a zéro chance que j’aille à l’OL », a-t-il répondu au micro de Canal+. Au jour de demain, y aura-t-il plus de chances ? En attendant de savoir s’il pourrait être sensible à un appel de Jean-Michel Aulas, Patrick Vieira (en poste depuis l’été dernier sur la Côte d’Azur et qui devrait logiquement poursuivre l’aventure la saison prochaine) a une autre idée derrière la tête.

Vieira n’oublie pas Arsenal

Alors qu’il suit pour le moment une progression rectiligne et parfaitement calculée (il a commencé avec les jeunes de Manchester City, puis à New York avant de franchir un nouveau palier à Nice), il se verrait bien à terme revenir à Arsenal, où il a connu ses plus belles heures en tant que joueur. « Tous les joueurs rêvent d’entraîner un jour l’équipe où on a joué. J’ai passé du temps à l’Inter et c’est un club que j’aime beaucoup. Arsenal fait partie de ces clubs ou j’ai joué mon meilleur football. Entrainer Arsenal… pourquoi pas ? », a-t-il émis.

 

Vous en avez marre des méthodes, techniques et autres astuces BIDONS sur les paris sportifs ? Vous souhaitez gagner plus en perdant moins avec un VRAI guide où on ne vous vend pas du rêve ? Alors découvrez la formation "Paris sportifs : la grande arnaque..." en cliquant ci-dessous.

 

Réagir à cet article :