Mercato / Barça : la position inattendue de Bartomeu sur Griezmann

Le Barça peut-il tenter une seconde fois sa chance auprès de l’attaquant de l’Atletico Madrid, Antoine Griezmann, après avoir été éconduit l’été dernier ?

Le train passe rarement deux fois, disent beaucoup d’observateurs quand on les interroge sur la possibilité de voir Antoine Griezmann rejoindre le FC Barcelone cet été, un an après avoir refusé ses avances. On ne dit pas non impunément aux Blaugrana, et leurs supporters ne se sont d’ailleurs pas privés de le rappeler au champion du monde français il y a dix jours lors du déplacement de l’Atletico Madrid au Camp Nou, en l’accompagnant sous les sifflets nourris et les insultes durant toute la rencontre.

Bartomeu ne ferme pas la porte à Griezmann

A priori, vu l’attitude des socios, il est peu probable que les dirigeants renouvellent leur offre lors du prochain mercato. Et pourtant, le président Josep Maria Bartomeu ne ferme pas complètement la porte, rappelant par exemple plusieurs cas de joueurs qui avaient d’abord refusé, avant de finalement rejoindre le Barça. « Nous avons eu les cas de Thierry Henry, David Villa et Cesc Fabregas. Ce n’est pas facile de changer d’équipe, et il est difficile de les convaincre », a-t-il confié à TVE Catalunya.

« En ce moment, son dossier n’est pas sur la table. Nous n’avons fait aucune réunion à son sujet. On spécule beaucoup dans la presse, cela arrive avec ce joueur et beaucoup d’autres. Nous parlerons fin avril ou début mai avec le staff technique », a ajouté le patron du club catalan. Pour rappel, Antoine Griezmann disposerait d’une clause libératoire à 200 millions d’euros qui sera réduite à 120 cet été. Reste à savoir si l’international tricolore souhaitera cette fois-ci quitter les Rojiblancos.

 

Vous en avez marre des méthodes, techniques et autres astuces BIDONS sur les paris sportifs ? Vous souhaitez gagner plus en perdant moins avec un VRAI guide où on ne vous vend pas du rêve ? Alors découvrez la formation "Paris sportifs : la grande arnaque..." en cliquant ci-dessous.

 

Réagir à cet article :