Mercato / PSG : cette attitude de Neymar qui agace

Beaucoup aimeraient que Neymar prenne la parole pour s’exprimer sur son avenir. Souhaite-t-il ou non quitter le PSG cet été ?

Comme souvent avec Neymar, tout le monde parle sur son compte. Tout le monde, sauf lui. Alors que la presse s’enflamme concernant son avenir, en évoquant en particulier un possible retour au FC Barcelone depuis que Nasser Al-Khelaifi a laissé entendre qu’il pouvait partir s’il n’était pas heureux à Paris, le Brésilien reste silencieux. Faut-il interpréter ce silence comme un signe d’acquiescement ? Ou comme un lâcher prise face aux élucubrations dont il est habitué depuis le début de sa carrière ? Christophe Dugarry a son avis.

Le silence de Neymar en dit-il long sur sa motivation ?

« On a tous envie d’entendre Neymar, et pas son père, pas son oncle, pas son voisin, pas sa cousine… Qu’est-ce que ce garçon va nous raconter ? Le message de Nasser, est je pense, on ne peut plus clair, et excellentissime ! Je veux entendre Neymar dire : « oui je veux m’inscrire dans ce projet, oui j’ai envie de faire les efforts qu’il faut, oui je suis prêt ! » Son silence commence à être pesant », a-t-il lancé au micro de RMC.

« A partir du moment où tu ne dis rien, ça veut dire que tu prépares ton départ en douce, ça ne peut pas être le contraire. C’est que tu as envie de te barrer », a-t-il estimé. L’été dernier, les rumeurs étaient déjà là et pourtant Neymar est resté. Il est donc difficile d’être aussi catégorique. D’autant qu’il n’est pas si évident que ça vu le contexte (blessures à répétition et désormais affaire judiciaire avec la plainte pour viol) que les candidats soient si pressés que cela de débourser les 300 millions d’euros qu’exigerait le PSG, selon Le Parisien.

 

Vous en avez marre des méthodes, techniques et autres astuces BIDONS sur les paris sportifs ? Vous souhaitez gagner plus en perdant moins avec un VRAI guide où on ne vous vend pas du rêve ? Alors découvrez la formation "Paris sportifs : la grande arnaque..." en cliquant ci-dessous.

 

Réagir à cet article :