Mercato : Barça, Juventus… Le PSG a son mot à dire pour De Ligt !

Les dirigeants de plusieurs grands clubs européens sont aux fourneaux en ce qui concerne la pépite néerlandaise Mattthijs de Ligt (Ajax).

D’après le site du quotidien Sport, il n’est pas sûr du tout que le FC Barcelone remporte la partie au sujet du défenseur central. En effet, la situation est « compliquée » pour les Blaugrana. Sa « signature est au point mort » au Camp Nou depuis quelques « semaines ». Pourtant sur le papier, De Ligt a des bonnes raisons de privilégier un transfert au Barça.

D’une part, il s’agit d’un club de légende où il pourrait remporter des titres en rafale. D’autre part, le style de jeu de l’équipe catalane et le projet sportif global ressemblent à celui de l’Ajax. Enfin, son ami Frenkie de Jong – qui joue encore avec lui à l’Ajax – enfilera le maillot du FC Barcelone la saison prochaine. Mais pour Sport, l’agent de Matthis de Ligt négocie avec… tous les autres courtisans de son poulain.

Du monde au balcon pour De Ligt

A ses yeux, il faut profiter du fait que la cote de l’international néerlandais flambe pour obtenir notamment un salaire royal. En coulisses, il semble que le Bayern Munich, la Juventus Turin mais aussi… le PSG aient envie d’en découdre avec le Barça sur ce dossier. Voyant que rien n’est encore fait avec le club catalan, les gestionnaires ont décidé de lancer une opération séduction.

Apparemment, Matthijs de Ligt ne fera pas son choix avant la fin de la saison. Il faut dire que l’Ajax Amsterdam est encore en course afin de réaliser le triplé flamboyant : Ligue des champions – Liga – Coupe du Roi. Lorsque cet exercice 2018/2019 sera terminé, le roc âgé de 19 ans aura du temps devant lui pour trancher au sujet de son futur.

 

Vous en avez marre des méthodes, techniques et autres astuces BIDONS sur les paris sportifs ? Vous souhaitez gagner plus en perdant moins avec un VRAI guide où on ne vous vend pas du rêve ? Alors découvrez la formation "Paris sportifs : la grande arnaque..." en cliquant ci-dessous.

 

Réagir à cet article :